La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

ORIGINES DE LA FAMILLE BRACHER 

Source : extraits de SOURCEOFNAME ARCHIVES

Origine affichée : ALLEMANGNE.

L’ETAT de BAVIERE, l’un des plus grands ETATS de l’Allemagne, est le plus ancien berceau de la famille BRACHER. Un hameau portant le nom BRACHER est situé au sud-est de MUNCHEN, dans la région de MIESBACH, peu avant la frontière autrichienne, en ligne droite reliant MUNCHEN à la ville autrichienne de KUFSTEIN.

Après le 12ème siècle, les noms de famille héréditaires, ont été adoptés selon des règles assez générales. Les noms tirés de profession ont été particulièrement fréquents dans cette région. BRACHER est un nom de famille émanant de la profession de maître-chien pour la chasse. D’autres recherches ont démontré que le nom est dérivé du mot allemand BRACKE. Le nom de famille BRACHER a été aussi un surnom pour une personne qui ressemblait à un chien de chasse. En outre, il est aussi un surnom pour une personne bruyante, qui est dérivé du mot allemand BRAHT qui signifie fort ou bruyant.

On peut rencontrer de grandes variations dans l’orthographe des noms de famille. Dans les premiers temps l’orthographe en général et celle des noms de famille n’étaient pas encore normalisées. Plus tard, on allait changer l’orthographe des noms de famille suivant les branches et la mutation des familles dans des zones où suite à l’incompréhension auditive et l’analphabétisme ont amené les fonctionnaires locaux à créer de nombreuses variantes. Les variations du nom BRACHER comprennent : Brack, Bracke, Brach, Brache, Brak, Brakk, Brakke, Bracken, Brakken, Bracker, Bracher, Brachère, Brachaire, Brackner, Brakkner, Brachner, Brackel, Brackell, Brachet, Brakkel et beaucoup d’autres. Ces informations ont été relevées en Bavière , où cette famille de marque a contribué grandement au développement d’une nation émergente.

Entre la moitié du 17ème siècle et la moitié du 20ème siècle, les colons allemands, par milliers, sont arrivés en Amérique du Nord et du Sud. Une persécution fondée sur la religion, ainsi que la pauvreté sont des facteurs de motivation dans cette importante migration. Cela a été l’occasion pour les fermiers de posséder leurs propres terres et toute latitude de vivre et de croître. Les pays préférés étaient la Pennsylvanie, le Texas, New York, l’Illinois, et la Californie pour les USA, l’Ontario et les provinces des Prairies pour le Canada, Santa Catarina pour le Brésil.

D’autres moins favorisés ou moins téméraires, se sont limités aux pays limitrophes où la persécution ne sévissait pas. La Suisse, l’Autriche, la France ont été également des terres d’accueil. D’où l’implantation dans la région de NANCY de la branche d’où nous émanons. La période d’exode peut expliquer l’absence d’informations sur les parents et ancêtres de Claude BRACHER en France, et la première présence de son nom dans un acte filiatif pour la naissance de son fils Claude, en 1660, dont la mère est PETITMENGIN Catherine..