La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

NOTRE BERCEAU EN FRANCE

  

Simon BRACHER, premier du nom à s’être installé à DAVERDISSE a ses origines familiales dans la MEURTHE ET MOSELLE, au Nord de NANCY.

Le département de MEURTHE ET MOSELLE fait partie de la LORRAINE. Cette région a connu de nombreuses péripéties, avec de nombreuses occupations tant françaises qu’allemandes. De multiples occupations françaises se sont succédées au XVIIème siècle. La peste orientale paraît en 1630, et dure 7 ans. A cela s’ajoute la famine causée par les mauvaises récoltes antérieures, ce qui explique le grand taux de mortalité infantile dans la famille à cette époque. Puis vient la guerre de 30 ans. Richelieu fait en sorte de l’occuper en 1636. Les troupes françaises y causent de grands ravages, pillages. Leurs alliés Suédois achèvent la dévastation. Les Hongrois et Croates, censés défendre la LORRAINE pillent et saccagent le pays. Les LORRAINS poussés par la très grande misère vivent de brigandages. Ils résident dans les bois laissant les villages aux loups. La LORRAINE perd les ¾ de sa population.

En 1670, la France s’empare une troisième fois de la LORRAINE. Cette occupation fut moins funeste que les précédentes. Louis XIV accorda des faveurs aux communautés, encouragea l’agriculture, le commerce, l’industrie et invita des étrangers à s’y établir.

Après le traité de RYSWICK en 1691, la LORRAINE retourne à son propriétaire le duc LEOPOLD. Désireux de repeupler ses Etats, il multiplie les efforts pour attirer les étrangers. Les villes de NANCY et LUNEVILLE furent construites et embellies. En 1711, il s’avère que la population en LORRAINE a doublé.

C’est vraisemblablement durant cette période que Claude BRACHER, est venu, en quittant l’Allemagne, s’installer à MARSAL, première cité reprise dans les actes officiels, ou bien, il y vivait déjà, et l’administration française a régi la gestion de l’état-civil. Il y épousera Catherine PETITMENGIN et verra la naissance de son fils Claude.

MARSAL est un village construit entre les deux branches de la Seille, dans une zone de marais. Les résidus (pots de grès et autres) de l’industrie du sel ont servi de remblai Ce village était marqué par l’exploitation du sel et la présence d’une forteresse améliorée par VAUBAN. Les salines ont été fermées en 1699. Elle fut ville de garnison jusqu’en 1870.

 

Sans doute pour palier à la fermeture des salines, principales industries de MARSAL, et bénéficier de l’essor de NANCY, ils ont émigré à BOUXIERES AUX CHENES vers 1706 où François, petit-fils de Claude (SOSA 1) y est né en 1716.

Sept villages sont cités successivement. Il s’agit de BOUXIERES AUX CHENES, LEYR, AMANCE, ARRAYE et HAN, BEY sur SEILLE, ABONCOURT sur SEILLE, LAITRE sous AMANCE, où la descendance de Claude SOSA 1 s’est un peu dispersée.

Christophe BRACHER né le 13/0/1719, s’est marié à AMANCE les11/08/1745 et 05/05/1761. A partir de ces évènements pour la même descendance, l’orthographe peut varier soit en BRACHER soit en BRACHERE pour des frères et soeurs, problèmes sans doute à la Mairie. Selon les actes en ma possession, il y a 11 BRACHER et 12 BRACHERE.

C’est de LEYR que François, le père de Simon a fait un long déplacement pour se marier à CHARLEVILLE-MEZIERE. C’est de cette ville en bord de Meuse qu’est parti Simon pour se marier à DAVERDISSE

Bien que les actes d’ETAT-CIVILS renseignent à son sujet « TISSERAND », il a toujours déclaré avoir été colonel de l’armée de NAPOLEON.

SITUATION DES 8 VILLES CITEES DANS LES ACTES .

Dans les extraits d’Etat Civil, le nom de FRANCOIS, le père de SIMON, est repris sous 3 orthographes différentes : BRACHAIRE, BRACHERE et BRACHER pour le même événement en l’occurrence, son mariage. Vu le peu de sujets portant soit le nom de BRACHAIRE ou celui de BRACHERE, j’ai poursuivi la piste BRACHER. Mais il m’a fallu parfois utiliser les 3 orthographes pour la recherche de certains actes.

BOUXIERES AUX CHENES a été au centre de tragiques combats d’infanterie durant la guerre 1914-1918. L’Etat Major français voulait à tout prix conserver le contrôle de la région de NANCY. Toutes les stratégies ont été utilisées pour empêcher les allemands d’investir cette zone. Les auteurs de textes sur ces évènements sont plus précis et plus documentés que moi, je vous invite à parcourir leurs écrits ! Outre le carnage humain qui s’est déroulé au fil des nombreux assauts, finalement remportés par les français, les villages ont été pratiquement complètement détruits par les tirs de canons et les incendies consécutifs.

Vers 1800, il y avait 1000 habitants dans le village.

Voici quelques vues de ce village

 

 

  1.    

 

 

 

 

 

 

 

 

LEYR est situé quelques kilomètres plus au nord. La tragédie de 1914-1918 fait également partie de son histoire. Le nombre d’habitants est proche de celui de DAVERDISSE

Voici des vues de ce village .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les entités d’ARRAYE ET HAN, où s’est établi BRACHER Charles à son mariage le 21/07/1801, BEY SUR SEILLE, où s’est installé BRACHER Jean lors de son mariage le 10/01/1741, AMANCE où s’est installé BRACHER Christophe , ABONCOURT SUR SEILLE, où s’est installé BRACHER Charles après son mariage le 07/01/1739, LAITRE SOUS AMANCE, où BRACHER Louis s’est marié le 29/01/1765, sont de petits villages d’environ 500 habitants. Tous ont souffert des atrocités des deux guerres mondiales, et ont été partiellement détruites.

Il n’est pas impossible qu’un jour, les vents me conduisent jusque là pour en apprendre plus. Mais ce n’est pas une de mes priorités.

 

RETOUR DEBUT PAGE